Groupico-homeico-menu

Intégrer la lecture sensible dans les pratiques courantes du travail d’édition

Intégrer la lecture sensible dans les pratiques courantes du travail d’édition

DATE:
14 juin 2022, 13 h 30 à 16 h
LIEU:
Zoom
SALLE:
PRIX:
60$ membres de l'ANEL - 200$ non-membres

FORMATEUR(S)
Kama La Mackerel, auteur·ice multilingue, artiste visuelle, performeur·e, traducteur·ice et éducateur·ice
FORMATEUR(S)
Chloé Leduc-Bélanger, éditrice et responsable des projets spéciaux, Éditions Prise de parole
FORMATEUR(S)
Louis-Karl Picard-Sioui, écrivain, poète, performeur et commissaire en arts visuels
FORMATEUR(S)
Philippe Néméh-Nombré, candidat au doctorat en sociologie à l’Université de Montréal et chargé de cours en sociologie à l’Université Laval

Si le recours aux lecteur·trice·s sensibles est souvent présenté comme une tendance récente, le travail des éditeur·trice·s, des auteur·trice·s a toujours compris une portion de relecture et de recherche, notamment pour les textes qui abordent des thèmes relatifs aux communautés ethniques, au féminisme ou au genre. En quoi consiste le travail d’un·e lecteur·trice sensible? Sur quels critères se baser pour choisir un·e lecteur·trice sensible? Comment articuler ce travail de relecture avec les autres intervenant·e·s de la production d’un livre? Quels sont les champs d’intervention spécifiques aux lectures sensibles? Les panélistes répondront à ces questions en partageant leurs expériences et leurs réflexions sur le sujet.

Inscription en ligne

Formateur(s)


Kama La Mackerel
auteur·ice multilingue, artiste visuelle, performeur·e, traducteur·ice et éducateur·ice

Ayant hérité son nom du dieu de l’amour, Kama La Mackerel est un·e auteur·ice multilingue, artiste visuelle, performeur·e, traducteur·ice et éducateur·ice qui croit en l’amour, la transformation et la justice. Son travail interdisciplinaire façonne des espaces hybrides et articule des vocabulaires décoloniaux et queer. Avec une attention pour les récits océaniques, la souveraineté des îles, la poétique transgenre et la guérison ancestrale, l’ensemble de ses créations remet en question les notions coloniales d’espace-temps en lien avec l’histoire, le pouvoir, le langage, le corps et la formation du sujet.

Photo: Noire Mouliom

 

Chloé Leduc-Bélanger
éditrice et responsable des projets spéciaux, Éditions Prise de parole

Franco-ontarienne d’adoption, Chloé Leduc-Bélanger est éditrice et responsable des projets spéciaux aux Éditions Prise de parole, à Sudbury, depuis 2019. Elle est également titulaire d’un DESS en édition.

Photo: Bennett Malcolmson

Louis-Karl Picard-Sioui
écrivain, poète, performeur et commissaire en arts visuels

Originaire de Wendake, Louis-Karl Picard-Sioui est écrivain, poète, performeur et commissaire en arts visuels. Historien et anthropologue de formation, il travaille depuis une vingtaine d’années dans le domaine de la diffusion de la culture et de l’art autochtone, tant au niveau de la musique, des arts visuels que de la littérature. Il est co-fondateur et directeur de Kwahiatonhk!, le seul OBNL autochtone entièrement dédié à la promotion de la littérature des Premières Nations au Québec. Son premier ouvrage, un roman pour la jeunesse intitulé Yawendara et la forêt des Têtes-coupées (Le Loup de Gouttière, 2005) a été finaliste pour le prix Ville de Québec / Salon international du livre de Québec 2006, catégorie jeunesse. Depuis, il a publié de nombreux ouvrages, dont quatre recueils de poèmes, le mythe wendat de la création, plusieurs catalogues d’exposition, de même que le recueil de nouvelles Chroniques de Kitchike : la grande débarque (Éditions Hannenorak, 2017). Son quatrième recueil de poésie, Les visages de la terre, est paru à l’automne 2019 aux Éditions Hannenorak et lui a valu une nomination au Prix du Gouverneur général du Canada.

Photo: Hélène Bouffard

Philippe Néméh-Nombré
candidat au doctorat en sociologie à l’Université de Montréal et chargé de cours en sociologie à l’Université Laval

Philippe Néméh-Nombré est candidat au doctorat en sociologie à l’Université de Montréal et chargé de cours en sociologie à l’Université Laval. Ses recherches portent sur les formes et possibilités de relationalités entre premiers peuples et diasporas noires au Canada et au Québec. Il est l’auteur de Seize temps noirs pour apprendre à dire kuei (Mémoire d’encrier). Il est également membre du comité de rédaction de la revue Liberté, vice-président de la Ligue des droits et libertés et membre du conseil d’administration de l’espace culturel Ausgang Plaza.

Photo : Rodolphe Beaulieu, L’Actualité

Retour aux formations