Groupico-homeico-menu

Budget 2023: Le gouvernement fédéral ne tient pas ses promesses

  • ANEL
  • Communiqué
  • Droit d'auteur
29 mars 2023

Montréal, le 29 mars 2023 – L’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL) se désole que le gouvernement fédéral ne respecte pas ses promesses de bonifier l’appui au secteur du livre et de revoir la Loi sur le droit d’auteur.  Pire encore, le budget 2023-2024 dévoilé hier présente une baisse des crédits alloués au Fonds du livre du Canada et au Conseil des arts du Canada, un recul inacceptable pour le livre d’ici.

Dans son programme électoral de 2021, le Parti libéral du Canada s’était pourtant engagé à augmenter le budget du Fonds du livre du Canada (FLC). Le ministre du Patrimoine canadien, l’honorable Pablo Rodriguez, a même reçu, dans sa lettre de mandat du premier ministre, l’ordre de bonifier les principaux programmes de création et d’édition, en augmentant de 50 % le budget du FLC au cours de l’exercice 2022-2023.

« Le budget des programmes permanents du Fonds du livre n’a pas augmenté depuis 2001, ce qui a entraîné l’érosion de sa valeur de plus de 55 %. Bien avant la pandémie de COVID-19 et les actuels enjeux de production que vivent les éditeurs de livres, le gouvernement canadien reconnaissait la nécessité d’augmenter l’aide à l’édition. Il est décourageant qu’il se défile encore de ses engagements. Le milieu de l’édition n’en peut plus d’être laissé pour compte par le gouvernement canadien. », a affirmé Jean-François Bouchard, président de l’ANEL.

Depuis le début de la pandémie, les maisons d’édition canadiennes ont déployé des efforts considérables pour bâtir une industrie plus résiliente, confrontées à une hausse sans précédent des coûts d’impression, à une pénurie de main-d’œuvre qualifiée, à de nouvelles obligations et à une stagnation du marché.  Des défis qu’elles sont contraintes d’affronter avec un investissement fédéral déficient.

L’ANEL exhorte le gouvernemental fédéral de corriger la situation. Il lui demande également d’apporter des modifications à la Loi sur le droit d’auteur afin qu’elle protège tous les créateur·trice·s et tous les titulaires de droits d’auteur pour assurer la survie de l’industrie de l’édition canadienne. Depuis 2012, les interprétations arbitraires de l’utilisation équitable dans le secteur de l’éducation ont privé le milieu du livre de revenus essentiels.

Malgré la promesse inscrite dans le programme libéral de modifier la Loi sur le droit d’auteur afin de « protéger les artistes, les créateurs et les titulaires de droits d’auteur canadiens », le budget 2023-2024 ne présente aucun engagement à cet effet. Avec ces deux promesses non tenues, l’avenir de l’édition canadienne est des plus incertain. Il est donc important que le gouvernement corrige le tir à court terme.

À propos de l’ANEL

L’ANEL regroupe plus de 100 maisons d’édition de langue française au Québec et au Canada. Sa mission est de soutenir la croissance de l’industrie de l’édition et d’assurer le rayonnement du livre québécois et franco-canadien à l’échelle nationale et internationale. Les maisons d’édition membres de l’Association publient divers types d’ouvrages, du roman au manuel scolaire en passant par l’essai et le livre jeunesse. Ces maisons sont situées au Québec, en Ontario, au Manitoba et au Nouveau-Brunswick. 

– 30 –

Source :

Audrey Perreault | Responsable des communications

aperreault@anel.qc.ca  | 514-808-5441